Notre relation à nos émotions

Mon regard en tant que Florie-thérapeute

Les émotions déséquilibrées nourrissent les blessures de l’âme

Apprivoiser nos émotions en conscience

 

Pour avancer sur le chemin de la guérison, de l’équilibre émotionnel, du non-sentiment de blessure, il nous faut avancer sur notre chemin de vie en « conscience », c'est-à-dire être acteur de notre vie.

 

Chaque émotion, (ex : peur – colère – ressenti d’injustice – souffrance – découragement – hypersensibilité, etc.) qui n'est pas équilibrée génère de la souffrance à des degrés différents selon chacun(e) et nourrit un sentiment de blessure (abandon – rejet – injustice – trahison – humiliation - désamour de Soi...)

 

Exemple de déséquilibre et d’équilibre émotionnel :

                  Peur => Confiance

                  Colère =Calme et ouverture du cœur

                  Ressenti d’injustice =Se sentir responsable de soi et de ce qui nous arrive

                  Souffrance /Tristesse =Joie

                  Découragement =Compréhension

                  Impatience/Hyper enthousiasme =Tolérance

                

Lorsqu’il nous est proposé d’équilibrer nos émotions, nous prenons conscience qu’en nous il y a un déséquilibre ou une dysharmonie. Puisqu’il y a prise de conscience, il y a possibilité de se responsabiliser et de faire le choix de rééquilibrer les émotions qui nous font souffrir et qui, en cascade, viennent nourrir nos blessures. Dans le cas du désir de guérir, nous ouvrons la porte à la guérison émotionnelle qui peut aller jusqu’à une guérison physique. Sachant que le corps émotionnel agit sur le corps physique et que le corps physique agit sur le corps émotionnel.

 

Prenons l'exemple de quelqu’un qui est  sujet aux colères et à qui l’on donne les moyens d’équilibrer l’émotion concernée : que va-t-il se passer ?… Il va se remplir de la vertu correspondant au défaut ou au trait de caractère concerné et là, l’équilibre en lui va apparaître ou réapparaître et petit à petit, il avancera sur le chemin qui le conduira également vers l’équilibre de sa personnalité. D’où la nécessité de la prise de conscience.

 

N.B. Prenons l'exemple de la colère : comprendre que la colère est utile, et qu'elle n'est pas un état naturel. Qu'elle est une réaction mais qu'elle ne doit pas diriger notre comportement. Une personne colérique pourrit la vit de son environnement et elle abîmé son Être tout entier. Elle peut, si elle en prend conscience, y remédier en s'équilibrant émotionnellement.

 

Savoir que tout est en nous et que nous avons la capacité de nous ouvrir à notre monde intérieur, à notre partie vibratoire, qui est aussi notre partie Divine. Rien ne doit nous faire "peur" en nous, toute souffrance à sa solution.

 

C'est aussi cela « être acteur de sa vie ».

 

Malentendu autour des émotions

 

Si nous nous laissons séduire par une technique passive en  permettant à un praticien d'agir en nous, ce qui devient de ce fait une forme d’ingérence, nous n’agissons plus  en  conscience, nous ne sommes plus "acteur" de notre vie.

Une technique passive qui nous propose, de nous enlever nos émotions reviendrait finalement à nous couper de celles-ci et ce, dans toutes ses nuances  : du déséquilibre comme de l'équilibre. A mon sens, là, il peut y avoir dérive et pourquoi pas un danger potentiel vis-à-vis de notre équilibre émotionnel.

 

Pourquoi un danger potentiel ?

Si dans la passivité, l’on croit que l’on peut nous enlever nos émotions, si douloureuses soient-elles, même en toute bonne foi, nous laissons une autre personne « entrer » en nous. Mais pourquoi pas, si c’est notre choix !

Au lieu de travailler soi-même sur soi en conscience, nous la laissons travailler, voire jouer  avec notre psychisme, avec notre inconscient et faire ce qu’elle veut de nous. Il s’agit, me semble t-il, d’une forme de conditionnement possible, de formatage inconscient.

 

La question que je me pose : sans émotions que devenons-nous ?

   

Les conséquences sont inconnues, les réactions de chacun(e) étant toutes différentes, que va-t-il se passer en nous lorsque nous serons démunis d’émotions négatives comme d’émotions positives ?

-      Plus de tristesse, de chagrin… Pas de joie non plus

-      Plus de tourments intérieurs… Pas de paix intérieure non plus

-      Plus de peur… Pas de confiance en la vie non plus

-      Plus de doute intérieur… Pas de compréhension ni foi non plus

-      Plus d’impatience…  Pas de patience, pas de notion de pardon non plus

 

 ... Nous créons alors un vide !

 

Conclusion

 

Nous sommes responsables de nous

et de nous seul.

 

Il nous suffit de nous laisser guider en conscience, sur le chemin que nous choisissons comme étant le chemin de la sagesse, afin de faire le bon choix quant au devenir de nos émotions.

 

Savoir ce que nous voulons être, soit prendre notre vie en main soit accepter de n'être que le jouet des autres. Savoir laisser osciller notre vie entre les mains de personnes qui sont disposées de nous "couper", consciemment ou inconsciemment, de nos émotions. Ces mêmes personnes seraient-elles prêtes à se faire couper de leurs émotions en acceptant quelles leur soient enlevées ?

Dans les deux cas, qui mieux que la personne qui aura fait elle-même, les deux expériences pourra mieux que quiconque nous donner les effets du résultat.

 

Il me semble, qu’accepter de bonne foi cette solution, qui est de se laisser séduire afin de se faire enlever ses émotions, sans aucun effort personnel, nous dévie de notre chemin, qui lui est relié au Divin. Cette solution risque de nous couper de nous-même et provoquer le refoulement de nos émotions dans notre inconscient qui, est de ce fait, hors de portée de nos choix conscients. Pour une personne placée dans cette situation, les émotions dont elle est coupée n’ouvrent-elles pas la porte à la somatisation ?  

 

Les émotions font parties intégrantes de l'être humain. L'émotion existe, c'est son déséquilibre et la souffrance générée qui suscite chez certains praticiens l'envie de nous en couper, afin croient-ils d'alléger nos souffrances. Au lieu d'alléger nos souffrances, ces mêmes personnes ne peuvent-elles pas nous mettre en difficulté face à nous-même ?

 

Chacun(e) est libre de sa vie. Chacun(e) doit connaître son propre chemin et se responsabiliser pour décider en conscience ce qui est bien pour elle ou pour lui.

 

Chaque être humain ne devrait-il pas connaître la joie ou la douleur résultant de ses émotions afin de ressentir les conséquences de ses propres choix de Vie ?

 

Le "SAUVEUR" ne vient par par miracle de l'extérieur... Le sauveur est en nous !

Le "BOURREAU" ne vient pas de l'extérieur... il est en nous, car nous permettons consciemment ou inconsciemment, de se laisser polluer par l'autre !

Nous ne sommes pas VICTIME des autres... nous laissons aux autres la possibilité de nous faire mal ! ce qui n'est pas la même chose...

voici une citation que j'aime beaucoup, elle responsabilise...

et j'ai envie de vous la faire partager :

 

Merci de me donner la sérénité

d'accepter ce que je ne puis changer,

le courage de changer ce que je peux

et la sagesse de faire la différence.

 

 

Extrait de mon ouvrage  :

Blessures, émotions, Fleurs de Bach et Contemporaines - Pour bien se connaître… Il faut vivre avec Soi.

Qui est  également le support de la formation qui porte le même nom, et que je réalise avec vous en 6 journées.

N'hésitez pas à me contacter.

 

 

Nous sommes des êtres différents et nous ne vibrons pas tous aux mêmes niveaux vibratoires. Peu importe !

 

La relation que nous entretenons avec nos émotions est déterminante pour l’ensemble de notre vie. En dépendent : notre équilibre émotionnel, la qualité de nos sentiments et le regard que nous portons sur les différentes blessures de l’âme, qui elles, prennent leur origine dans notre toute petite enfance.

 

Nous sommes des êtres incarnés dans la matière, mais nous avons aussi pour notre bonne évolution de vie, un besoin essentiel de nous donner les moyens d’évoluer spirituellement.

 

Nous avons un besoin personnel et fondamental de nous connaître, de nous comprendre, de nous apprivoiser, de nous aimer afin d’enrichir notre qualité de vie.

 

Si nous voulons savoir qui nous sommes, mieux nous connaître et nous comprendre, nous allons devoir découvrir et intégrer que nous sommes faits, entre-autres, d’émotions et de sentiments.

 

Il y a en chacun de nous, un certain nombre d’émotions, le Docteur Edward Bach en avait décelé 38 !

Ce qui veut dire que chacune de nos émotions doit être équilibrée, harmonisée, apprivoisée pour que nous puissions être bien avec nous-même et bien avec les autres.

 

En tant que florie-thérapeute et posant aussi, un regard psycho-émotionnel sur l’être humain, je suis face à un questionnement  personnel, concernant les différentes approches abordées face à l’état émotionnel de chacun(e).

 

Il me semble incontestable que nos émotions font partie de nous. Si certaines sont en déséquilibres elles vont nourrir nos ressentis de blessures, qui elles, sont de véritables blessures de l' âme.  

 

Pour ne pas ou plus se sentir « victime » d’une blessure, il ne faut donc pas l’alimenter. Mais pourquoi vouloir enlever l’émotion en déséquilibre qui la nourrit ?

 

Puisque les émotions font partie intégrante de l'humain ... plutôt les apprivoiser et les accompagner que vouloir les supprimer.

En choisissant de regarder en face l’émotion et l’accueillir, plutôt que de vouloir la faire fuir, n’est-il pas préférable de faire le choix de l’équilibrer ?

 

Les émotions en déséquilibre sont un POISON pour notre Être tout entier.

Les émotions harmonisées sont un CADEAU DE VIE que nous nous offrons à nous-même, car nous seul(e) pouvons harmoniser notre Être tout entier ... TOUT EST EN NOUS !

 

L’équilibre émotionnel apporte la guérison des blessures et le bien-être d’être Soi en rétablissant notre personnalité.

·    S’il y a ressenti de blessure, il y a émotions en dysharmonie.

·    Si la même blessure n’est plus ressentie, c’est donc que les  émotions concernées ont été rééquilibrées.